Electro-sensibilité le préjudice reconnu

C’est une longue histoire. Il y a 10 ans, nous avions organisé au Sénat le 10 octobre
2015 un colloque où Guy Paillotin, président à l’époque du conseil d’administration de l’AFsse (l’agence française de sécurité sanitaire et environnementale) avait déclaré : « l’expertise de l’Afsse sur la téléphonie mobile n’a jamais suivi de près ou de loin les règles que l’Afsse s’est fixée à elle même ».
Un article dans le Monde suite à cette manifestation, avait mis le feu aux poudres et les démissions avaient suivi ce colloque. J’avais eu droit à un savon au téléphone de la directrice générale Mme Froment-Védrine !
Beaucoup de doutes m’avaient envahie, pouvait-on croire les rumeurs qu’un rapport indépendant dont les conclusions pointaient un risque pour la santé de la téléphonie mobile avait été mis sous le coude au plus haut niveau de l’état ?
Que les seuls rapports pris en compte, émanaient d’experts des grands groupes de téléphonie.
Il est vrai que la plupart des rares personnes se disant électro-sensibles à l’époque, avaient des profils parfois fragiles.
Aujourd’hui, le tribunal contentieux de Toulouse (tribunal des recours auprès de la Sécurité Sociale) a produit lundi 24 août, un jugement qui reconnaît ce syndrome et accorde une allocation d’adulte handicapé à une dame qui vit dans les montagnes de l’Ariège. Ce jugement reconnaît à cette personne qui a ainsi renoncé à toute vie sociale, une incapacité à 85% !
Voilà qui pose des questions prégnantes comme l’envahissement des ondes dans notre vie de tous les jours.
Ce jugement peut faire jurisprudence.
Ne serait-ce pas le moment de lancer une étude indépendante sur les risques pour la santé de la téléphonie mobile, du wifi et des ondes qui ont envahi notre vie.
Il ne s’agit pas de faire peur mais de prendre ses responsabilités et de s’assurer que nous n’aurons pas à terme des effets nocifs même pour ceux et celles qui ne sont pas éléctro-sensibles ?

Danielle Nocher




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *