FUI 20 : sélection de 2/3 des projets labellisés par Advancity

Communiqué de presse de Advancity

Les ministres en charge de la politique des pôles de compétitivité ont annoncé la sélection, dans le cadre du FUI 20 (fonds unique interministériel) de 58 nouveaux projets collaboratifs innovants impliquant 49 des 70 pôles de compétitivité pour un montant d’aide de l’Etat de 41 M€. Parmi eux, les projets MICROPLATICS2 et RFM-LaSDIM ont été labellisés par Advancity pour un investissement total R&D de plus de 8M€. Ils ont été « sélectionnés pour leur caractère particulièrement innovant et l’activité économique qu’ils génèreront »

[Source : competitivite.gouv.fr – 24 juillet]

 

RFM-LaSDIM : améliorer l’interopérabilité des services de mobilité intelligente

Porteur : Thalès R&T / Partenaires : Neavia Technologies & CDVIA (PME) IGN & IFSTTAR (Académiques) Thalès Communication & Security (Grand Groupe)

Le marché visé est celui de la gestion de la mobilité et de l’intermodalité grâce au développement d’un référentiel de données de mobilité via la plateforme RFM-LaSDIM. Les retombées globales accessibles au consortium ont été évaluées à 53,4M€ en 2021.

  • intégration des services de mobilité intelligente à la plateforme de données RFM LaSDIM, dédiés, dans un 1er temps, aux déplacements routiers : intégration de données mobiles, optimisation de trafic, élaboration d’indicateurs environnementaux et de stratégies de régulation multimodale, modélisation dynamique des déplacements.
  • réalisation d’un prototype sur le territoire d’expérimentation du Living Lab GERFAUT II du Conseil général de la Seine-Saint-Denis (avant extension à grande échelle, au niveau national et international)

 

MICROPLATICS : prévenir et réduire les pollutions aux micro-plastiques

Porteur : Suez Environnement / Partenaires : Evosens & SISPIA (PME) CNRS DR 17 – Bretagne, Labocea, IFREMER, Obervatoire Océanologique de Villefranche-sur-Mer (Académiques)

  • identifier l’état de contamination et l’origine des microplastiques (MP) dans les réseaux fluviatiles pour évaluer leur devenir et leurs impacts dans les écosystèmes marins, afin de mieux gérer et agir sur ce vecteur de pollution
  • échantillonnage saisonnier des déchets MP sur 2 sites « ateliers » : les rades des villes de Brest et Marseille et leurs bassins versants,
  • détermination des sources (origine industrielle, urbaine, agricole) et du parcours des microparticules, et polluants associés, dans l’environnement
  • mesures des impacts des MP au niveau écophysiologique (croissance, reproduction, nutrition), tissulaire (histopathologie), cellulaire (système immunitaire) et moléculaire (biomarqueurs biochimiques et moléculaires).

·     diagnostics, et proposition de plans d’actions pour la capture des MP, la métrologie des concentrations en MP, l’aide à la gestion des déchets et l’aménagement des bassins versants aux autorités et décideurs nationaux et internationaux




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *