Gaz naturel et transition énergétique

GRENETIERLors d’une rencontre avec la presse et avec Valeurs Vertes, Jérôme Ferrier, président de l’UIG (Union Internationale du Gaz) organisatrice du congrès, et président de l’AFG (Association Française du Gaz), a fait le point sur le rôle du gaz naturel dans la transition énergétique dans le Monde et en France, à l’occasion du prochain Congrès Mondial du Gaz qui se tient début juin à Paris.

Moins connue que l’OPEP, l’UIG (Union Internationale du Gaz, ou IGU pour International Gas Union) n’en est pas moins sa respectable aînée, puisque cette ONG a été fondée en 1931, (1960 pour l’OPEP) avec son siège à Vevey, en Suisse, et son secrétariat actuellement à Oslo, en Norvège.
Elle associe des membres fondateurs, représentants nationaux des industries gazières de 91 pays, et une cinquantaine de membres associés, comme les industriels. Pour la France le membre fondateur est l’AFG (Association Française du Gaz) à laquelle adhèrent aussi les industriels (Total, Engie, EDF, etc.).
Avec une couverture de l’ensemble de la chaine de l’exploration à la production, au transport, à la distribution et aux usages, l’UIG représente plus de 95% du marché mondial des activités gazières.
Depuis 2012, l’UIG est dirigée par Jérôme Ferrier. Le triennium 2012- 2015 sous présidence française a choisi comme thématique « se développer durablement pour une planète plus accueillante ». Le Congrès mondial du gaz en juin à Paris est l’occasion de présenter les travaux menés depuis trois ans, et pour les milliers de délégués attendus, d’échanger sur les perspectives de l’industrie gazière…

[ppw id=”102194696″ description=”” price=”1″]

GDE Erreur: Erreur lors de la récupération du fichier - si nécessaire, arrêtez la vérification d'erreurs (404:Not Found)
[/ppw]




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *