L’économie circulaire à l’épreuve des marchés

recyclage-101Le concept est à la mode. Il fallait retrouver son approche interdisciplinaire, sa faculté à susciter l’innovation qu’elle soit humaine ou technologique, pour protéger les ressources de la nature. Ce ressourcement de la ressource initiale plusieurs fois transformée, devenant, grâce à l’ingéniosité des hommes, une matière première à part entière remet l’emploi au coeur de régions, parfois dévastées par l’abandon de l’industrie lourde. Mais c’est une industrie bien différente et, sans doute, mérite-t-elle plus de sollicitude que celles qui se sont délocalisées sans espoir de retour. Tous les domaines sont concernés. Tous les produits, tous les minerais peuvent être recyclés à petite ou grande échelle. Le seul écueil, et nous le voyons aujourd’hui, c’est le marché. Certains nous prédisaient le prix du baril de pétrole à 150 dollars pour des décennies, aujourd’hui à 50 dollars, il fait plonger le prix des matières premières. Si l’on ne mesure pas la référence et la valeur au temps, de la solidarité du tissu social, de l’avancée à terme de technologies dont le coût décroîtra, si l’on choisit le court terme, le concept de l’économie circulaire sera déstabilisé.
Nous avons, avec le parrainage du député Serge Bardy, organisé un débat pour avertir les acteurs économiques des risques d’un marché sans prospective et montrer les possibilités assez importantes d’une économie qui n’exerce plus sa prédation sur la nature et devient solidaire d’un projet de vie au coeur des territoires.

Quels sont les engagements d’un élu de terrain dans le cadre de l’économie circulaire ?
Serge Bardy, député du Maine-et-Loire
Les énergies renouvelables ont connu un premier âge d’or dans les années 1970 après le choc pétrolier. En 1973 par exemple, le plan « Alter Anjou » engageait ce territoire dans le développement des énergies renouvelables. A l’époque, dans l’entreprise où je travaillais comme technicien, puis finalement comme directeur de centre, j’avais créé une commission dédiée aux énergies renouvelables…

Europe : le paquet économie circulaire à nouveau dans le circuit ?
Emmanuel Katrakis, secrétaire général de la Confédération européenne des Industries du Recyclage (EuRIC)
L’Union européenne s’est construite sur l’acier et le charbon, dans une logique de coopération industrielle par la suite étendue à d’autres secteurs.
La précédente Commission a tenté de remettre l’industrie au goût du jour, dans le cadre de sa communication appelant à « une renaissance industrielle européenne », avec un objectif : que l’industrie représente 20% du PIB européen à l’horizon 2020…

Dynamiser le tissu social par le recyclage
Antoine Frérot, président directeur général de Veolia
Les enjeux de l’économie circulaire ne se cantonnent pas à l’environnement. Ils recouvrent aussi des réalités sociales et économiques de premier plan. N’ayant pas perçu au premier abord l’étendue de ces enjeux, la Commission Juncker a décidé de reporter à fin 2015 la publication de son paquet sur l’économie circulaire, afin de le rendre plus ambitieux.

Quelles sont les priorités ?
Noël Mangin, expert
Pourquoi l’économie circulaire serait-elle plus efficace que l’économie linéaire ? Dans l’économie linéaire, l’accès à la nature n’a pas de prix. On y puise des ressources qui, devenues inutiles, y sont rejetées sous forme de pollutions, dans une logique de destruction des ressources non renouvelables et épuisables. L’économie circulaire fournit une vision complète : les produits usagés sont considérés comme de la matière, qui sera soit détruite, soit réutilisée.

Quels sont les impacts des fluctuations des coûts de l’énergie ?
Jean-François Gagné, chef de la Division des politiques pour les technologies énergétiques de l’AIE (Agence Internationale de l’Energie)
Les questions d’économie circulaire et d’énergie sont étroitement liées. Quatre aspects les relient. Tout d’abord, l’économie circulaire influence directement l’empreinte énergétique des biens. Ensuite, ces deux champs exigent la transition complète d’un système à un autre, ils doivent faire face à des enjeux globaux aux impacts locaux, et seules des…

Pour une nouvelle économie des ressources
Dominique Viel, haut fonctionnaire au ministère des Finances
De 1900 à 2000, le prix des matières premières a chuté de 48 %, ce qui a permis une croissance mondiale formidable et un bond en avant industriel. Mais, dans les années 2000, le coût d’exploitation des matières premières a augmenté, tout comme la demande – tirée par la croissance démographique et l’augmentation globale du niveau de vie…

L’impact de la réforme territoriale (Loi NOTRe)
Denys Pouillard, directeur de l’Observatoire de la vie politique et parlementaire, professeur de Science politique
Avec la Loi portant sur la nouvelle organisation territoriale de la République, ou Loi NOTRe, nous vivons le 3e volet des lois territoriales : la France va être découpée en 14 nouvelles Régions, dont le dessin a été validé par le Conseil constitutionnel. A ces Régions s’ajoutent 11 métropoles, dont deux…

Le recyclage des textiles fin de vie : de l’utopie à la réalité
Olivier Gaudeau, directeur ingénierie INDRA
INDRA anime un réseau de 400 centres VHU (véhicules hors d’usage) en France, ce qui permet de massifier les volumes et la vente de pièces détachées d’occasion (pièces de réemploi) – à des professionnels et des particuliers – et de matières à destination de filières de recyclage existantes ou en développement…

La filière plastique au coeur de l’innovation
Michel Loubry, directeur Europe de l’Ouest du Groupe PlasticsEurope
C’est aujourd’hui pure folie que de mettre en décharge un produit qui détient un contenu énergétique en pétrole comme le plastique. Il est possible de valoriser quasiment 100% des déchets plastiques, mais le taux de recyclage en France ne s’élève qu’à 62%, ce qui nous situe dans la moyenne européenne. Les 38% restants sont mis en décharge…

Quels enjeux autour du développement de l’économie circulaire ?
Denez L’Hostis, président de FNE (France Nature Environnement)
L’économie circulaire implique de réduire au maximum les gaspillages. Concernant le secteur agro-alimentaire, le gaspillage représente 28% de la surface agricole mondiale. S’il était un pays, ce serait le 3e émetteur mondial !
Mais l’information est globalement assez peu diffusée sur ce gaspillage. Le plastique pose, lui aussi, un problème d’envergure : que faire des continents de plastique qui se concentrent dans les océans ?

Débat avec la salle

[ppw id= »115680455″ description= » » price= »1″][gview file= »http://www.valeursvertes.com/wp-content/uploads/2015/11/economie-circulaire-a-epreuve-des-marches.pdf »][/ppw]




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *