LES FONDUS DU NUCLÉAIRE

GRENETIER-(2)Le concept de réacteurs nucléaires où le combustible à base de thorium, dissous dans des sels fondus, a fait l’objet d’une conférence à l’Ecole des Mines de Paris en juin dernier. Daniel Heuer, directeur de recherche au CNRS affecté au LPSC (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie) de Grenoble et Alain Gerber, expert en architecture et conception de réacteurs chez Areva, ont fait le point sur cette technologie et sur les projets lancés par plusieurs grands pays qui y voient une utilisation potentielle.

Le débat actuel sur le nucléaire en France se focalise sur la fermeture de Fessenheim et la décision allemande de sortir du nucléaire prise suite à l’accident de la centrale de Fukushima Daïchi. Pendant ce temps, compte tenu des contraintes liées à la nécessaire réduction des émissions de gaz à effet de serre, la communauté scientifique et technique internationale continue de se projeter dans un avenir où le nucléaire prendra sa part dans la production d’énergie. Le GIF1 dont la France est membre fondateur, a sélectionné six technologies sur lesquelles porte cette coopération. Parmi elles, les réacteurs à sels fondus présentent des caractéristiques intéressantes pour disposer d’une énergie sûre. Les réacteurs à sels fondus à spectre rapide MSFR2 ont pour caractéristiques d’utiliser le thorium…

[ppw id= »115759647″ description= » » price= »1″][gview file= »http://www.valeursvertes.com/wp-content/uploads/2015/11/les-fondus-du-nucleaire.pdf »][/ppw]




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *