LES MATÉRIAUX DU FUTUR

immeubleInnover, c’est le défi de nombreuses entreprises, de la PME-PMI à la multinationale. Sans cette course à la recherche, nous n’aurions pas beaucoup de chances de lutter contre le dérèglement climatique. Aujourd’hui, les avancées majeures de l’habitat et de la mobilité durable passent par la conception de matériaux innovants et de véhicules de plus en plus propres et intelligents. Etonnant de retrouver BASF, leader mondial de la chimie dans ces secteurs… et pourtant.

Quelques chiffres : d’ici 2050 le parc automobile mondial devrait être multiplié par 3, soit 2 milliards de voitures. Il existera 37 mégalopoles de plus de 10 millions d’habitants dès 2025. En 2050, 6,5 milliards d’humains seront des citadins. Aujourd’hui, le second poste des dépenses dans un budget de ménages français est consacré au transport. Si nous voulons agir contre le réchauffement climatique, limiter les GES et faire face aux obligations de l’Union européenne – soit 95 grammes de CO2 par km parcouru à partir de 2020 – satisfaire la norme Euro 6 sur les émissions de particules fines, il va falloir se creuser la cervelle.

Un marché exponentiel pour la chimie

En 2020, le marché global pour la chimie dans le monde s’élèvera à 110 milliards d’euros. Pour BASF, les véhicules propres et intelligents ont besoin de plastiques, de peintures, de catalyseurs, de batteries et aussi pour leur intérieurs de mousses, de fibres textiles, d’élastomères, d’adhésifs. Leurs équipes travaillent avec les équipementiers et les constructeurs français et européens pour élaborer, à la carte, des matières premières conformes aux process capables de réduire l’empreinte environnementale des voitures dans leur conception et leur fabrication. Il y a trois ans déjà, BASF a été distingué fournisseur majeur de PSA Peugeot Citroën. Le prix Pierre Potier a récompensé le procédé de mise en peinture, gamme courte, développé avec PSA.

[ppw id= »117921770″ description= » » price= »1″]

Autre enjeu de taille, diminuer les consommations des véhicules qu’ils soient thermiques ou électriques. L’idée étant de substituer les pièces de structures, en acier ou en aluminium, par des matériaux plastiques légers, mais ultra-résistants. Moins de poids pour un véhicule représente moins de consommation d’énergie. Si vous réduisez de 100 kg le poids d’une voiture, votre consommation se réduira de 0,4 litre au 100 km. Quand on sait que les batteries des véhicules électriques pèsent de 100 à 150 kg, on comprend bien l’importance de l’allègement.

La chimie permet aux équipementiers de relever le défi en allégeant des pièces jusque-là intouchables comme le châssis ou les sièges.

Parmi les produits innovants fabriqués par BASF des pièces légères et résistantes (procédé HoneyComb) et des matériaux composites qui allègent, renforcent et refroidissent. Certaines pièces pèsent la moitié de leur équivalent métal. Les matériaux composites légers renforcés représentent un potentiel futur pour un marché de plusieurs milliards de dollars.

Pour les chimistes il s’agit de démocratiser les matières utilisées dans l’aéronautique et l’industrie du sport et de les intégrer dans la production automobile de grande série tout en maîtrisant les coûts et la recyclabilité. Autre domaine d’avenir : améliorer la capacité de stockage des batteries. Les chercheurs de BASF travaillent sur une innovation fondée sur une technologie Lithium-souffre. Cette rupture technologique permettrait de gagner 300 km d’autonomie pour un véhicule électrique. Toutes ces innovations permettent de construire la mobilité de demain.

En France, en 2010,
le premier immeuble collectif social
certifié passif sera construit
à Reims par BASF, pour le bailleur
social Le Foyer Rémois.
Les contrôles donneront des mesures
de consommations réelles
de 15 kWhep/m2 par an

Rénover pour ne plus gaspiller l’énergie

L’autre révolution à laquelle BASF participe concerne la bataille pour l’habitat. Un habitat qui ne soit plus une passoire pour l’énergie. 55% des logements ont été construits en France avant 1974 et, qu’ils soient publics ou privés, demandent à être rénovés afin de réduire par trois ou quatre leur consommation énergétique. En France, 42,5% de l’énergie est consommée dans le bâtiment, un secteur qui émet 22% des émissions totales des GES et compte plus de 33 millions de logements.

Un Français sur cinq est en situation de précarité énergétique et la facture moyenne des ménages français consacrée à l’énergie représente 1 800 € par an. Pourtant, 3,5 millions de ménages déclarent avoir froid chez eux l’hiver. Si un accord contraignant est adopté à Paris lors de la COP21, ajouté aux exigences de la loi sur la transition énergétique, il va bien falloir se lancer dans une rénovation vigoureuse. L’objectif serait de rénover 500 000 logements par an à compter de 2017. Sachant que la moitié de ce parc immobilier est occupé par des ménages modestes, la future norme RT 2012 va exiger des efforts financiers importants.

Peut-on inventer un habitat à haute performance énergétique et accessible à tous? Là aussi la recherche vient au secours des constructeurs. L’expertise énergétique de BASF date des années 2000, lorsqu’elle fait rénover les 7 500 logements, situés à côté de son siège à Luswigshafen en Allemagne, pour les employés de son groupe. Plutôt que d’effectuer des travaux classiques, la société choisit de mener sur le parc de logements une rénovation énergétique ambitieuse.

La filiale immobilière de BASF a piloté le dossier, du laboratoire au chantier, avec un résultat inespéré, une consommation d’énergie divisée par quatre. D’autres réalisations suivront, ce sera le début d’une expertise unique en matière de construction passive avec une obligation de résultat et surtout un contrôle qualité. En France, en 2010, le premier immeuble collectif social, certifié passif, sera construit à Reims par BASF, pour le bailleur social Le Foyer Rémois. Les contrôles donneront des mesures de consommations réelles de 15 kWhep/m2 par an.

D’autres projets et d’autres constructions suivront, comme celles d’immeubles neufs en locatif social à Arras, Châlonsen- Champagne ou Brême.

Un projet phare de l’Union européenne BEEM UP concernent 3 sites pilotes dont un en France. En collaboration avec le maître d’ouvrage ICF, il a permis de mener à bien dans le 15° arrondissement de Paris la rénovation de 87 logements de la résidence Cotentin- Falguière. Elle réduira de 85% la facture énergétique pour un confort thermique immédiat.

Des matériaux pionniers

Comment BASF est-il parvenu à ces performances ? Grâce à une gamme de produits innovants, de nouveaux matériaux, comme des colles ou des mousses pour l’isolation, en passant par des additifs pour le béton et le mortier. Quelques exemples, tel le Neopor, un matériau qui doit ses propriétés à l’apport de particules de graphite, qui lui donne en plus un gris très design. A densité égale, son pouvoir isolant est vingt fois supérieur à celui du polystyrène. D’autres matériaux comme l’Elastopray, une mousse de polyuréthane projetée pour l’isolation de la toiture et la dalle de sol sont devenus des classiques de la construction. A noter également, Slentite, isolant très mince qui permet, grâce à des pores nanoscopiques, d’emprisonner l’air pour conserver le chaud l’hiver et le froid l’été. Il est deux fois plus fin qu’un isolant traditionnel. Autre technologie qui s’impose de plus en plus : l’isolation par l’extérieur qui supprime les ponts thermiques sans perte de volume intérieur.

Nous voyons à travers ces deux exemples, la mobilité urbaine et habitat, que la lutte contre le réchauffement climatique passe par des innovations où la chimie tient un rôle important. « Nous avons appris en faisant et en mesurant l’impact réel de nos choix en matière de construction et de leur mise en oeuvre » explique Jean Marc Petat diecteur Développement durable et communication chez BASF. Des innovations mises à l’épreuve du terrain, c’est l’assurance d’une expertise à la fois d’avantgarde mais qui fonctionne.

[gview file= »http://www.valeursvertes.com/wp-content/uploads/2015/11/les-materiaux-du-futur.pdf »]

[/ppw]

 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *