Les Mineurs du développement durable

ecole des mines bibliothèqueLorsqu’on lui demande de décrire l’identité de l’École des Mines, Carole Groz, la directrice de la communication de l’établissement, évoque d’emblée l’origine de celle-ci. L’esprit de la mine habite la prestigieuse institution, qui compte parmi les meilleures écoles d’ingénieurs françaises.

L’esprit des Mineurs c’est ce que l’on essaye d’inculquer aux 100 élèves, admis après deux ou trois ans de classes préparatoires scientifiques. Ce nombre atteindra 150 au cours de la 2ème année avec l’arrivée d’étudiants étrangers. « Même s’il n’y a plus de mines, ce sont des mineurs, la solidarité est très forte », rajoute Mme Groz, qui précise en souriant que les 30 % de filles admises sont surnommées « les minettes ». L’École nationale supérieure des mines de Paris a été fondée en 1783 et s’est installée, à Paris, dans l’ancien Hôtel de Vendôme depuis 1816. Les laboratoires de recherche s’étendent sur les sites de Fontainebleau, d’Évry, de Palaiseau et le célèbre centre de Sophia Antipolis, du nom de Sophie Lafitte, l’épouse du fondateur Pierre Lafitte, ex directeur de l’école. Au coeur du quartier latin, le superbe hôtel particulier, jouxte le parc du Luxembourg et les jardins du Sénat. Au dernier étage, le bâtiment abrite le musée de minéralogie, l’une des collections les plus complètes au monde. L’école, créée à l’époque de l’extension de l’industrie minière en France, a confronté d’emblée chercheurs et enseignants à la question de la finitude d’une ressource et la nécessité de trouver d’autres modes de fonctionnement. Une problématique centrale des thématiques environnementales qui constitue un axe de recherche majeur à l’École des Mines…

[ppw id= »115681302″ description= » » price= »1″][gview file= »http://www.valeursvertes.com/wp-content/uploads/2015/11/les-mineurs-du-developpement-durable.pdf »][/ppw]




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *