Quelles évolutions des activités en mer et sur le littoral français ?

Communiqué de presse du Ministère de la Transition Energétique et Solidaire

 

Le ministère de la Transition écologique et solidaire appelle les Français à participer à l’élaboration des futures stratégies pour la mer et le littoral de chaque façade. Du 26 janvier au 25 mars 2018, les citoyens sont invités à s’informer et s’exprimer sur la vision d’avenir proposée pour les quatre façades maritimes de l’Hexagone : Manche est – mer du Nord, Nord Atlantique – Manche ouest, Sud Atlantique et Méditerranée.

Comment voyez-vous l’avenir des activités en mer et sur le littoral près de chez vous ? Quels sont les enjeux selon vous ? Quels espaces souhaitez-vous voir protégés ? Quels espaces faut-il réserver aux énergies renouvelables, à la pêche, à la plaisance ou encore à l’aquaculture ? Comment encourager la gestion durable des activités maritimes présentes dans votre région ? Autant de questions qui vont être directement posées aux Français à l’occasion de cette consultation. Et autant d’enjeux majeurs car les océans sont la première barrière contre les conséquences du changement climatique :

  • ils sont notre première « pompe à carbone » ;
  • ils produisent 50% de notre oxygène, ce sont aussi les véritables poumons de notre planète. Une respiration sur deux nous vient de l’océan ;
  • ils représentent un patrimoine naturel exceptionnel qui tient à la diversité de ses côtes et de ses espaces marins en métropole et outre-mer : 11 millions de km² sous sa juridiction, 18 000 km de côte et une présence dans 4 océans ;
  • la mer et le littoral sont des milieux riches en biodiversité qui fournissent de nombreux biens et services à notre société (alimentation, transport, loisirs, santé,…) ;
  • Le tourisme apporte à lui seul la moitié de l’économie maritime, que ce soit en emplois ou en valeur ajoutée. Le potentiel pour les énergies marines renouvelables est considérable.

 

« Les océans ne doivent pas devenir un nouvel eldorado. Les excès qui ont eu lieu sur terre ne doivent pas être reproduits en mer. J’ai beaucoup d’espoir en cette planification pour nous aider à gérer durablement les milieux maritimes, si fragiles. » rappelle Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, ministre de la Transition écologique et solidaire.

Toutes les études s’accordent à considérer que les océans joueront un rôle de plus en plus fondamental pour nos économies, mais chacun mesure aussi leur vulnérabilité. La réduction des impacts des activités maritimes sur les milieux qui les accueille est une condition sine qua non de leur développement futur. Il s’agit de rendre possible l’économie de demain.

Pour y arriver, le cadre est posé par la Stratégie nationale pour la mer et le littoral adoptée en février dernier. Elle a clairement formulé les objectifs de transition écologique, de développement économique, de bon état écologique et d’implication internationale, qui ont été réaffirmés par le Premier Ministre à l’occasion du comité interministériel pour la mer d’octobre dernier.

Un des leviers de la mise en œuvre de cette transition repose sur la planification en mer. Cette planification vise à améliorer la coexistence entre les usages et assurer leur compatibilité avec le milieu. Elle passe par l’élaboration de stratégies maritimes de façade. Celles-ci fixeront des objectifs stratégiques et donneront une carte des vocations. Cela permettra d’organiser l’utilisation de l’espace maritime et littoral afin de concilier les différents usages qui s’y développent, tout en garantissant une bonne prise en compte des écosystèmes marins. Dans ce cadre, les collectivités dont les régions seront associées étroitement aux réflexions, à travers les conseils maritimes de façade.

 

Participez à la concertation sur www.merlittoral2030.gouv.fr




Laisser un commentaire