Ne pas avoir peur du débat

Hervé le Treut climatologue, directeur de l’Institut Simon Laplace, professeur à Polytechnique, membre de l’Académie des sciences, est l’un des experts du climat parmi les plus reconnus internationalement. Cet entretien permet de mieux comprendre le lien subtil entre les océans et le climat et les enjeux qui y sont liés. Le temps presse.

V.V : Pour la première fois, une conférence de l’ONU sur le climat est organisée par un Etat insulaire, les îles Fidji y voyez-vous un choix symbolique ?

H. Le Treut : En effet, c’est un symbole fort. Les îles sont des territoires pour lesquels, dans certains cas, il n’y aura pas de possibilité d’adaptation au changement climatique. Je ne prétends pas que ces Etats sont plus importants que d’autres, mais qu’ils ne sont pas suffisamment pris en compte. Choisir les îles Fidji revient à affirmer un droit de ces Etats insulaires à continuer d’exister normalement. Diminuer les effets de serre devient alors un impératif.

Ayant subi une attaque informatique, nous ne sommes pas en mesure de vous fournir l’intégralité des articles en version numérique. Pour lire la suite, commandez le numéro ou l’article en version papier ou en version pdf à contact@valeursvertes.com ou 01 40 62 96 49. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *