Océans : ça chauffe

Jusqu’à présent, les océans sont restés à l’arrière plan des conférences sur le climat.
Pourtant, ils représentent le plus grand climatiseur naturel de la planète et un puits de stockage des émissions de CO2.
La COP23, organisée pour la première fois par un État insulaire, les îles Fidji, est l’occasion rare de remettre l’océanographie au coeur de notre lutte pour le climat.

Grâce à son inertie, l’océan a en grande partie évité que le changement climatique ne s’emballe. Il absorbe environ le tiers du dioxyde de carbone que les activités anthropiques rejettent dans  l’atmosphère. Le volume important des océans et la forte capacité thermique massique de l’eau (la quantité d’énergie nécessaire pour augmenter d’un degré la température d’un litre d’eau) leur permettent de stocker des quantités de chaleur bien plus importantes que l’atmosphère.

 

Ayant subi une attaque informatique, nous ne sommes pas en mesure de vous fournir l’intégralité des articles en version numérique. Pour lire la suite, commandez le numéro ou l’article en version papier ou en version pdf à contact@valeursvertes.com ou 01 40 62 96 49. 




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *